MEDECINE ET ROBOTIQUE

MEDECINE ET ROBOTIQUE

ANESTHESIE ET ROBOTIQUE: C'EST DEJA DEMAIN!

Par Romain Nieuviarts, médecin anesthésiste-réanimateur

 

L’année 2017 a été riche en articles, livres, débats, enquêtes, reportages et tweets sur l’émergence de l’intelligence artificielle et son corollaire: la disparition du travail tel que nous le connaissons encore.
Mais qu’en est-il réellement en ce début d’année 2018? On entend surtout parler de singularité technologique, mais qu’est-ce donc ? Pour faire court, on peut dire que la singularité technologique (ou simplement la singularité) est l'hypothèse que l’augmentation inéluctable de l'intelligence artificielle finira par créer une « explosion d'intelligence » qui dépassera qualitativement de loin l'intelligence humaine. Les humains perdront alors leur libre arbitre, dominés par des machines beaucoup plus intelligentes qu’eux et qui finiraient par se débarrasser de ces humains si inférieurs. La critique la plus simple que l’on puisse formuler à cette théorie, est que, comme le dit Jean-Gabriel Ganascia, quel rapport y a-t-il entre puissance de calcul (les machines nous sont déjà supérieures dans ce domaine) et apparition d’une conscience, que nous n’arrivons déjà pas à expliquer pour notre si faible cerveau ...
Mais si la disparition de la race humaine est une possibilité, elle ne se verra pas de sitôt ! Par contre, la disparition des métiers, elle, pourrait être pour bientôt.
Que vont devenir tous ces chauffeurs de taxis, de bus, de trains, de camions lorsque les véhicules autonomes vont débarquer sur nos routes dans moins de 5 ans ?
Et ce n’est que la première salve de la destruction des emplois de l’ancien monde.
Pour ma part, en temps qu’Anesthésiste-Réanimateur, je constate ces modifications dans mon travail tous les jours.
D’abord, sont apparues les machines qui délivrent les médicaments de l’anesthésie, à la bonne posologie (nous dirons la cible par commodité de langage) fixée par le médecin anesthésiste, grâce à des modèles mathématiques validés in-vivo. Pas de doute, elles sont beaucoup plus intelligentes que moi !
Ensuite, les machines capables de faire la même chose, mais également de modifier la cible en fonction de critères cliniques que les médecins anesthésiste apprenaient à reconnaitre grâce à l’expérience !
Il n’a pas fallut beaucoup de temps pour qu’une entreprise commercialise un « robot anesthésiste » : SEDASYS était né. Certes le bébé n’aura guère vécu, puisque le 10 mars 2016, la 
société ETHICON annonçait la fin de la commercialisation de leur robot anesthésiste dont les débuts remontaient à peine 3 ans. Mais pourquoi cet échec ?

Nous ne reviendrons pas sur le fonctionnement de cette machine, qui a été très bien expliqué lors d’un précédent article sur ce blog. (1)

On peut probablement l’expliquer par son absence de vraie innovation, son absence de rupture avec, justement, l’ancien monde !

En effet, le robot a été cantonné à la sédation des patients bénéficiant d’un examen endoscopique. Or, si la procédure semble simple et rapide, la plupart du temps, nous savons, nous anesthésistes, que c’est la technique d’anesthésie la plus risquée. Celle où le savoir, l’expérience et la rapidité d’action vont être cruciales. Et c’est là que l’on promeut un robot anesthésiste qui n’a presque aucune autonomie dans cette situation ! Cela ressemble à du saut à l’élastique sans élastique ...

Le défaut principal de ce robot est donc de n’avoir pas été suffisamment loin dans l’autonomie, de l’avoir bridé dès le départ. Mais n’en doutons pas, ce n’était qu’un « galop d’essai ». Bientôt arriverons dans les blocs opératoires des robots anesthésistes plus performants et moins cher que nous, pauvres humains, qui nous supplanterons allègrement dans toutes les phases de l’anesthésie. Il nous faudra alors trouver une autre façon de gagner notre vie, ou compter sur le revenu universel. Mais en attendant, il nous faut nous préparer à cet avenir.
Nous devons rapidement appréhender ces nouveaux outils, devenir des moteurs dans le développement de l’intelligence artificielle au service de la santé.
Je vous invite donc à me suivre, tout au long de l’année, pour découvrir ensemble le monde de demain, ou peut-être de déjà aujourd’hui dans ma chronique: ANESTHESIE ET ROBOTIQUE: C’EST DEJA DEMAIN,
Référence:

(1) ECHEC COMMERCIAL POUR SEDASYS, LE ROBOT ANESTHESISTE

 

AUTRE ARTICLE DE LA RUBRIQUE ANESTHESIE

INTERFACE HOMME-MACHINE: UNE APPLICATION EN ANESTHESIE?



24/01/2018
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 15 autres membres