MEDECINE ET ROBOTIQUE

MEDECINE ET ROBOTIQUE

L'année 2019 de l'intelligence artificielle médicale: âge de raison ou début du déclin?

Nous étions habitués, depuis environ 2015, à la succession de performances spectaculaires qui avaient projetées l’IA sur le devant de la scène. A contrario, 2019 a été beaucoup plus calme. Quel bilan peut-on en faire ? 

 

Nous l’avons déjà largement exprimé dans ces colonnes, il faut aller au delà des effets d’annonce répercutés par les réseaux sociaux et rechercher les évaluations scientifiquement établies. Pour cette synthèse de l'année, nous avons consulté les 5 premières revues médicales (New England Journal of Medicine, Lancet, Annals of Internal Medicine, JAMA et British Medical Journal ) ainsi que la toute nouvelle revue Lancet Digital, en plus des informations recueillies tout au long de l'année. Nous nous sommes concentrés sur les applications pratiques. Volontairement, ont été exclus de l'analyse les articles d’opinion (très nombreux) pour ne retenir que les études d’évaluation de système d’intelligence artificielle (très peu nombreuses).

illustration_03

La médecine connectée. llustration par Vanessa Guedj  http://vanessaguedj.com 

 

AGE DE RAISON…

Même si elle a connue ses extravagances-ainsi ces chercheurs qui ont prétendu diagnostiquer l’insuffisance cardiaque sur un seul battement- l’année 2019 a été plus sérieuse et n’a pas vu de grande nouveauté technologique. Les grandes revues ont fait paraître peu d'articles consacrés à l'intelligence artificielle.

La première remarque que l’on peut faire est donc que l’IA est bien loin d’être au centre de la recherche médicale. La masse des travaux publiés reste dans la continuité de l’existant, à savoir des essais pharmacologiques, des évaluations de tests diagnostiques et des études épidémiologiques.

Ceux relatifs à l'IA portaient sur les systèmes présentés les années précédentes. Il s’agit soit d’analyse automatisée d’images (scanner, tracés d’électrocardiogrammes, fond d'oeil ) soit de traitement de base de données à des fins de santé publique.  

Les systèmes testés sont des algorithmes développés pour donner des réponses précises à des questions précises. Bien que cela soit fréquemment avancé auprès du grand public, il n’existe donc pas, en 2019, de médecin « intelligent artificiel » qui serait entré en concurrence avec le médecin « humain ».  

En ce début d’année 2020, l’intelligence artificielle exploitable se présente sous forme d’algorithmes implémentés sur les objets dits « intelligents » (montres connectées, assistants vocaux). Nous devrions les voir se multiplier et entrer progressivement dans notre quotidien.

Du côté de la recherche, l’intelligence artificielle s'est révélée être un outil informatique particulièrement efficace dans le domaine des interfaces cerveau-machine. Nous avons consacré 2 articles à ce sujet passionnant en 2019. 

 

2019 aura donc été une année de progrès pour la recherche en IA. Nous avons connu moins d’effets d’annonce irrationnels et plus d’études d’évaluation sérieuses. L’âge de raison serait-il arrivé? Nous en saurons plus en 2020.

 

…OU DEBUT DU DECLIN? 

Moins médiatisés que les exploits, 2019 aura été l’année des premiers doutes. 

Elle s’est ouverte avec la parution du livre de Luc Julia, co-créateur de l’assistant Siri d’Apple. Pavé dans la mare, son ouvrage au titre provocateur « L’intelligence Artificielle n’existe pas » se donnait pour objectif de « déconstruire le mythe de l’IA ». 

Du côté médical, sont apparues les premières études cherchant à évaluer la pertinence scientifique des annonces faites par les inventeurs de systèmes d’IA. Nous avons ainsi rendu compte de l’article de radiologues coréens publié en mars. La radiologie est un sujet sensible puisque, en 2016, Geoffrey Hinton, chercheur canadien co-inventeur de l’apprentissage profond annonçait de manière fracassante que l’IA supplanterait les radiologues en 5 à 10 ans. Depuis, l’avenir de la radiologie semble suspendu au destin de l’IA. Certains se sont même aventurés à prédire la disparition pure et simple du métier de radiologue et à demander aux facultés de médecine d’en arrêter complètement la formation! Mais les auteurs coréens dévoilent que les systèmes d’IA présentés au public ne sont pas aboutis et sont bien loin d’avoir montré la moindre efficacité dans le monde réel. 

L’année s'achève avec une succession d'articles dans la presse généraliste qui expriment un point de vue pour le moins dubitatif. Citons en 2, parus en novembre et décembre, l’un dans le quotidien économique Les Echos « L’intelligence artificielle, eldorado ou arnaque du siècle? » et l’autre dans le journal Le Monde « L’intelligence artificielle est bien aujourd’hui une escroquerie! ».

 

Ces doutes sont-ils fondés? En partie seulement. L’intelligence artificielle est une vraie technologie. Le terme est peut être mal choisi mais il est celui du langage courant et il est préférable de le conserver pour ne pas ajouter de la confusion à un débat qui l’est déjà bien assez.

L’IA existe bel et bien. C'est une innovation technologique en pleine expansion. Mais elle n'est rien d'autre qu'un outil informatique, certes puissant et performant, mais rien d'autre qu'un outil. Elle ne peut pas créer des avatars de l’humanité comme l’affirment les absurdes campagnes marketing des majors du numérique. Ce sont les excès du marketing qui sont dangereux. Et d'abord pour l'IA elle-même. 

En effet, de nombreux experts expriment la crainte de voir les financements se retirer de la recherche en IA. Dans notre système économique, les effets d’annonce ont pour but d’attirer les investisseurs. Mais, lorsque les performances ne sont pas à la hauteur, il existe un risque réel de retrait et d'interruption des financements, ce qui stopperait net l’avancée de la recherche. 

Alors, 2020, année du début du déclin ou poursuite de l’expansion? Affaire à suivre...

 

 

 

Liens vers les articles du BLOG cités

 L'intelligence artificielle peut-elle vraiment diagnostiquer l'insuffisance cardiaque sur un seul battement?

 

Intelligence Artificielle en médecine: existe-t-il une "exception digitale" qui fausse les résultats ?

 

 

 

Sur les interfaces cerveau-machine

Premières interfaces entre cerveau humain et animal : les "rats cyborgs"

 

UNE INTELLIGENCE ARTIFICIELLE POUR LIRE LES PENSEES?

 

 

Liens vers les articles extérieurs cités

IA eldorado ou arnaque du siècle? Les Echos

 

IA escroquerie Le Monde

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



06/01/2020
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres