MEDECINE ET ROBOTIQUE

MEDECINE ET ROBOTIQUE

LES PREMIERS SUCCES DE LA ROBOT TELEMEDECINE- PARTIE 2

Quelles usages pour la robot-télémédecine à l'hôpital?

L'application la plus étudiée est la surveillance médicale à distance. Les services d'urgence, de réanimation et de chirurgie ont été parmi les premiers à bénéficier des évaluations. La robot-télémédecine semble s'adapter à des situations très variées: surveillance post-opératoire, visites médicales en réanimation, avis de médecine spécialisée dans les centres d'urgence.   

L'enseignement et l'encadrement technique sont également très étudiés, en particulier la supervision à distance des chirurgiens en formation par des chirurugiens seniors.

La plupart des essais ont été effectués avec les robots RP-7 et RP-VITA de la société INTOUCHHEALTH, qui comme nous l'avons déjà mentionné plus haut,  a obtenu la première autorisation de commercialisation pour un robot de télémédecine.

Mais des robots de téléprésence généralistes, composés d'une simple tablette tactile montée sur pied téléguidé  ont pu aussi être utilisés. 

Quels sont les principaux résultats des évaluations hospitalières ?

Nous disposons d'une revue générale publiée en 2013. Les auteures, une équipe de chercheuses suédoises, ont analysé 16 études hospitalières publiées entre 2004 et 2011. Plusieurs résultats retiennent leur attention.

Les 2 principales informations à retenir sont les suivantes: la robot-télémédecine apporte une dminution de la durée de séjour en chirurgie mineure et en réanimation ainsi qu'une réduction des délais d'interventions pour les urgences vitales.

Les patients et les infirmières se déclarent satisfaits par les visites médicales réalisées par télérobotique. Elles peuvent même améliorer les relations interhumaines de façon inattendue. Ainsi, une étude réalisée en chirurgie orthopédique a montré que les patients ont une préférence pour les visites médicales post-opératoires faites à distance avec un robot par leur propre médecin plutôt qu'une visite physique faite par un remplaçant.

Toujours dans le domaine post-opératoire, une étude réalisée en chirurgie bariatrique mérite d'être mentionnée. Deux groupes de patients ont été comparés, l'un bénéficiant d'une surveillance post-opératoire par des visites physiques seules et l'autre un couplage visite médicale physique et visite médicale à distance par robot-télémédecine. Les résultats montraient une réduction de la durée de séjour mais aussi et surtout une diminution des réadmissions pour complication post-opératoire dans le groupe robot-télémédecine.

L'ensemble de ces effets a bien entendu un impact positif sur les coûts hospitaliers.

 

 L'exemple de la réanimation

La réanimation est un terrain privilégié pour développer la robot-télémédecine. En effet, ce secteur de soins exige une présence médicale permanente. La situation clinique des patients impose des visites médicales pluri-quotidiennes auxquelles il faut ajouter les avis et interventions ponctuelles inopinées pour changement brutal de l'état de santé.

 La robot-télémédecine pourrait, dans ce contexte, apporter une amélioration de l'organisation des soins médicaux. Elle reste cependant peu répandue.  Nous disposons d'une revue publiée en  2012 par E. Wilcox de l'université de Toronto au Canada. Elle a retrouvé 11 études d'évaluation de la télémédecine en réanimation sur une bibliographie couvrant la période 1948-2012. Une seule utilisait la robotique .

Depuis cette publication, nous avons identifié d'autres articles. Nous en avons résumé 3 ci-dessous qui nous paraissent significatifs.

 

 

Vespa PM, Miller C, Hu X, Nenov V, Buxey F, Neil A.M. Intensive care unit robotic telepresence facilitates rapid physician response to unstable patients and decreased cost in neurointensive care. Surg Neurol 2007; 67: 331-337 .

 

Cette étude, l'une des toutes premières évaluation de robot-télémédecine a été faite avec RP-7 de Intouch Health, le prédécesseur de RP-VITA. Elle s'est déroulée dans un service de réanimation neurologique et a comparé des avis médicaux téléphoniques à des visites robotiques.

Le médecin pilotait le robot depuis son bureau ou son domicile. La visite robotique au lit du patient était accompagnée de l'infirmière et devait durer au minimum 5 min. Il s'agissait toujours de visites nocturnes. Le médecin s'adressait directement aux malades conscients, sans intermédiaire. Pour les malades inconscients, il dirigeait l'infirmière dans la réalisation de l'examen clinique (par exemple, éclairage pupillaire par une lampe tenue par l'infirmière).

Les résultats ont montré que les délais de réponse du médecin à l'appel infirmier étaient significativement réduits avec le robot. Ceci entrainait une diminution de la durée de séjour et des coûts.

Les auteurs concluent que cette expérience de présence virtuelle apporte un haut degré de satisfaction des médecins consultants mais aussi de leurs interlocuteurs. Les apports principaux de la robot-télémédecine sont la vidéo et la consultation face-à-face.

 

McNelis J, Schwall GJ,Collins JF. Robotic remote presence technology in the surgical intensive care unit. Journal of Trauma and Acute Care Surgery; 2012 (72):527–530. doi:10.1097/TA.0b013e31822f7d3b

 

Le robot RP-7 a été évalué dans la réalisation de visites médicales en réanimation chirurgicale aux Etats-Unis. Contrairement à la France où la présence d'un médecin est obligatoire 24h/24, de nombreux services de réanimation américains n'ont pas de garde médicale sur place. Le réanimateur est d'astreinte à domicile, intervenant par téléphone sur appel des infirmières.

Dans une étude réalisée de 2008 à 2010, les auteurs ont comparé les données issues de 2 groupes de visites nocturnes: un groupe visite téléphonique et un groupe visite robotique avec RP-7.  Dans ce service, les médecins sont physiquement présents de 08h le matin à 17h le soir. Puis la permanence des soins est assurée soit par téléphone, soit par robot-télémédecine. Les données recueillies concernaient la qualité des soins et la qualité de la relation médecin/ infirmière.  Les résultats statistiques ont montré que la qualité des soins était meilleure dans le groupe RP-7 avec une diminution de la durée de séjour et moins de complications inattendues. Comparées aux visites téléphoniques, les visites télé-robotiques étaient  plus longues, donnaient lieu à plus d'interventions médicales et à une plus grande satisfaction des utilisateurs.

 

Becevic M, Clarke MA, Alnijoumi MM, Harjyot SS, Boren SA, Kim MS, Mutrux R. Robotic Telepresence in a medical intensive care unit - clinician's perceptions. Perspect Health Inf Manag. 2015 Jul 1;12:1c. eCollection 2015

 

L'introduction de l'article est consacrée à la bibliographie. Les auteurs retiennent que les études ont  mis en évidence une différence d'attitude entre la robotique et les autres systèmes de télémédecine. En effet, il a été observé que les utilisateurs ont tendance à interagir avec un robot comme si il s'agissait d'une personne.

L'introduction précise aussi le contexte général de déploiement de la robotique. Les robots remplacent les communications téléphoniques par des entretiens  face à face. Les médecins les utilisent pour examiner les patients, prendre connaissance des examens médicaux et communiquer avec tous les intervenants du soin: soignants et familles.

Le corps de l'article décrit une étude réalisée à l'hôpital universitaire du Missouri aux Etats-Unis, où un robot est utilisé pour 3 activités: réalisation de tours de visite médicale,   supervision  des médecins juniors et consultations de pneumologie à distance. L'objectif était d'évaluer les attitudes et la perception des utilisateurs quant à l'efficacité et l'utilité des robots.

Sur 29 médecins, seuls 5 utilisent le robot. Les 5 utilisateurs se déclarent satisfaits. Ils expriment les points positifs suivants: robot facile à utiliser, amélioration de la qualité de la visite médicale à distance grâce au contact visuel direct, réduction du temps d'attente de l'avis médical et, globalement amélioration de la qualité des soins. Mais, malgré ce ressenti positif des 5 utilisateurs, la majorité des praticiens n'adopte pas la robotique.

Cette étude a permis d'identifier 4 facteurs essentiels pour l'acceptation de la robotique en soins intensifs:

1               Formation détaillée

2               Identification des rôles, des responsabilités, des attentes

3               Évaluation des besoins

4               Soutien administratif et d'organisation

Pour les auteurs, si ces quatre facteurs ne sont pas convenablement abordés, il y aura une forte probabilité de créer des obstacles à l'implantation et à l'adoption de la robotique.

 

CONCLUSION

Que représente réellement la robot-télémédecine aujourd'hui et que peut-on en attendre?

La littérature médicale des 10 dernières années nous donne quelques réponses. Le robot de téléprésence sera certainement le téléphone du XXIe siècle. Mobile et manipulable à distance, il mettra le médecin en visio-conférence directe au lit du patient. Les résultats des premières études nous disent que ce nouveau mode de communication aura un effet bénéfique sur la qualité des soins et les conditions de travail.

La robot-télémédecine apporterait une amélioration de la  satisfaction des patients, des conditions de travail des soignants en même temps qu'une réduction des coûts hospitaliers. Mais les études ont aussi montré, que, comme toute nouveauté, elle induit un changement d'habitude qui nécessite d'être apprivoisé. 

 

Sources:

Kristofferson A, Coradeschi S, Loutfi A. A review of mobile robotic telepresence. Advances in human-computer interaction. 2013; DOI: 10.1155/2013/902316

 

Z. J. Daruwalla, D. R. Collins, D. P. Moore, ““Orthobot to your station!” The application of the remote presence robotic system in orthopaedic surgery in Ireland: a pilot study on patient and nursing staff satisfaction,” Journal of Robotic Surgery, vol. 4, no. 3, pp. 177–182, 2010.

 

A.Gandsas,M.Parekh, M. M. Bleech, andD. A. Tong, “Robotic telepresence: profit analysis in reducing length of stay after laparoscopic gastric bypass,” Journal of the American College of Surgeons, vol. 205, no. 1, pp. 72–77, 2007.

 

Wilcox ME, Adhikari NKJ. The effect of telemedicine in critically ill patients: systematic review and meta-analysis. Critical Care 2012: 16: R 127

 



09/05/2017
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 15 autres membres